2020-10-15 00:00:00

Elle résonnera en mémoire du clocher primitif

C'est d'Alsace, plus précisément de Strasbourg, que vient la nouvelle cloche qui a été hissée sur l'église le 15 octobre où elle résonnera désormais au sommet de l'ancien clocher primitif abattu sous la Terreur en 1794, de concert avec les deux cloches déjà existantes.

Si elle nous vient du pays des cigognes (qui ne seront donc pas trop dépaysées, puisqu'elles font régulièrement halte sur l'édifice pendant leur migration), c'est bien à une entreprise du Midi, Azur Carillon, que l'on doit le joug en chêne massif vieilli de style provençal traditionnel qui supportera désormais les 130 kilos de bronze de la cloche et de son battant d'acier. Une inscription gravée rappelle que le clocher de l'église actuellement en cours de restauration était primitivement situé à la croisée du transept et de la nef de l'église (au-dessus du choeur), avant d'être rasé. Azur Carillon a également réalisé le cadre métallique sur lequel l'ensemble a été fixé.

Les archives sont muettes sur la forme, l'élévation et les matériaux de ce clocher. En bois et en flèche ? Ou en pierres ? Pour ne pas trahir l'histoire, il a donc été décidé de ne restaurer que l'assise carrée primitive que les travaux en cours ont permis de redécouvrir. Ainsi posée à son sommet, la nouvelle cloche fera mémoire d'un pan de l'histoire de Piolenc.

Julien et Jason, artisans de l'entreprise Azur Carillon.

Roland ROTICCI, Adjoint au Patrimoine, teste la sonorité de la cloche.

Et au sommet résonne une cloche.